Sélectionner une page

Maria Daïf

Née en 1972 à Casablanca, Maria Daïf démarre sa carrière de journaliste en 1997 en intégrant l’équipe de Femmes du Maroc, premier mensuel féministe marocain, avant de rejoindre, à sa naissance en 2001, le magazine indépendant TelQuel. Sa carrière journalistique l’amène de la presse écrite à la radio puis à l’enseignement, avec toujours le même sujet de prédilection : la culture comme moyen d’expression et comme outil de développement durable. 

Entre 2012 et 2013, elle dirige l’ouvrage «L’Batwar. Histoire d’une reconversion», où il est question de la transformation des grands abattoirs de Casablanca en friche culturelle. Elle enchaînera ensuite plusieurs missions de conseil et de communication auprès d’artistes et d’associations culturelles indépendantes (cinéma, musique, danse contemporaine, arts plastiques,…), élargissant ainsi sa connaissance de la scène culturelle et artistique marocaine.

De décembre 2015 à octobre 2018, elle dirige la Fondation Touria et Abdelaziz Tazi pour la promotion et le soutien de la culture et son espace culturel l’Uzine à Casablanca. Pendant 3 ans, elle permet ainsi à des dizaines de créations de naître et à tout autant d’artistes d’émerger, faisant de ces deux institutions des acteurs culturels majeurs au Maroc. 

Aujourd’hui, elle conseille, accompagne et renforce structures et projets culturels au Maroc, en Afrique et dans le Monde Arabe et fait partie de CA et de comités d’associations culturelles agissant au Maroc et sur le continent africain. Elle se définit elle-même comme artiviste.